الأحد، 25 حزيران/يونيو 2017

DECLARATION A L,OCCASION DE LA TENUE DE LA 71 eme ASSEMBIEE GENERALEDES NATIONS UNIES.

La Coordination des Mouvements de l'Azawad [CMA) soucieuse de préserver la paix etla stabilité du Mali en général et de l'Azawad en particulier et conformément à sesengagements pris dans l'accord, attire l'attention de son excellence Monsieur leSecrétaire Général des Nations Unies sur les risques graves que le comportementinvariablement agressif et tendancieux de la partie gouvernementale à travers ses
milices ethniques fait peser sur la mise en æuvre de l'accord et la restauration de la paix.
Les autorités intérimaires et les patrouilles mixtes constituent des mesures essentiellesde la première phase de mise en æuvre de l'Accord pour la paix. Elles accusentaujourd'hui plus d'un an de retard par rapport au chronogramme initial, malgré leurinscription prioritaire à l'ordre du jour du Comité de Suivi de l'Accord [CSA) depuis huitmois.
La partie gouvernementale s'est en effet rendue seule responsable de tous les blocagesdans la mise en ceuvre de cette mesure en tentant de passer en force, de manièreunilatérale, sur un projet de loi portant création des autorités intérimaires, violant encela la lettre et l'esprit de l'Accord, en particulier dans son Annexe 1 qui spécifie que celadoit se faire de manière consensuelle entre les parties.
Toutes les tentatives de passage en force n'ont abouti qu'au ralentissement de la mise en
place des autorités intérimaires malgré la signature de I'Entente le 19 juin 2016 dont lavocation principale est de permettre le retour de l'administration et des services sociauxde base auprès des populations longuement affectées par la crise.
Alors que des avancées significatives semblaient à portée de main, et que lessensibilisations autour des autorités intérimaires avaient démarré dans l'Azawad/Nordmali, la partie gouvernementale s'est à nouveau livrée à des manæuvres dilatoires enincitant ses milices à engager des combats pour occuper des nouvelles positions enviolations de tous les arrangements sécuritaires convenus précédemment.
Dans ce contexte, les patrouilles mixtes constituant une première étape visant à rétablirla confiance entre les parties et à réduire l'insécurité dans l'AzawadfNord Mali neconnaissent aucun démarrage à cause de la situation sécuritaire très tendue. Pourtant,ces patrouilles devront permettre de favoriser l'accès de l'aide humanitaire auxpopulations vulnérables, le retour des refugiés et déplacés ainsi que le retour del'administration. Elles permettront également la mise en æuvre des dispositions
politiques et institutionnelles prévues par l'Accord telles que l'installation des nouvellesrégions, la mise en place des autorités intérimaires et l'établissement des conditions
susceptibles d'aider à la tenue de scrutins électoraux crédibles et sécurisés au niveaulocal et régional.
Ces violations flagrantes de l'accord et leurs conséquences ont été régulièrementportées à la connaissance de la médiation et de la communauté internationale.
La CMA constate que l'élan d'engagement de la Communauté Internationale étaitbeaucoup plus marqué avant la signature de l'Accord que pendant sa mise en æuvre.
Aussi, la CMA regrette et dénonce le style ambigu des communiqués de la MINUSMA etsa réserve de citer les auteurs des violations malgré leur état de flagrance"