الخميس، 08 كانون1/ديسمبر 2016

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA).

COMMUNIQUE N° 016 /CMA/2016.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) constate avec beaucoup d'inquiétude l'insistance du gouvernement du mali à organiser les elections communales à la date du 20 novembre 2016.

La Coordination des Mouvements de l'Azawad rappelle qu'elle avait dénoncé , dans son communiqué no 12/CMA/2016 du 07 octobre, cette decision du gouvernement qu'elle qualifie de violation grave des dispositions de l' accord pour la paix en la matière.

Cet entêtement du gouvernement à organiser les élections avant la mise en place des autorités intérimaires qui ont en charge cette mission est aussi une violation des droits civiques de dizaines de milliers de réfugiés et déplacés qui sont directement concernés par ces élections dont ils attendent le changement tant souhaité par tous.

La CMA invite le Gouvernement à plus d'objectivité pour rendre les autorités intérimaires opérationnelles afin qu'elles commencent les missions qui leurs sont assignées dont l'organisation d'élections libres, transparentes, inclusives et apaisées.

Enfin, la Coordination des Mouvements de l'Azawad prend à témoin, l'équipe de médiation internationale ainsi que toute la communauté internationale de cette violation de l'Accord pour la Paix et la réconciliation issu du processus d'Alger , dont le Gouvernement du Mali assumera seul les conséquences qui pourraient en découler.

Kidal, le 11novembre 2016.

Pour la CMA:
Illad AG MOHAMED.

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA)
COMMUNIQUE N°14/CMA/2016.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) a le regret de porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, le décès le 08 octobre 2016 à Kidal de Monsieur Acheick AG AWISSA, membre de l’Etat-major général de la CMA.
C’est à ce titre que le défunt revenait d’une réunion de sécurité organisée par la MINUSMA et regroupant les représentants de la MINUSMA, de Barkhane et de la CMA. 
Comme d’habitude, les véhicules des représentants de la CMA étaient stationnés à l’intérieur du camp de la MINUSMA pendant toute la durée de la réunion.
Sur le chemin de retour, au crépuscule, la voiture de l’intéressé a explosé à environ cinq cent mètres à la sortie du camp de la MINUSMA causant la mort subite du regretté Acheick AG AWISSA qui était seul à bord.

Tous les constats ont écarté le passage sur une mine : la voiture était donc piégée et il s’agit d’un assassinat ciblé.
Tout porte à croire que l'engin explosif a été placé sur le véhicule du défunt pendant la réunion et dans l'enceinte du camp de la MINUSMA.

La CMA condamne avec la dernière rigueur cet acte criminel qui est loin de contribuer à la paix dans le contexte tendu où évolue le pays en ce moment et demande instamment à la MINUSMA et à Barkhane de collaborer avec elle pour l’ouverture d’une enquête diligente sur les circonstances de cet assassinat odieux incontestablement prémédité, afin que les auteurs soient identifiés, arrêtés et punis.

La CMA présente toutes ses condoléances les plus attristées à la famille du défunt durement éprouvée.

Kidal, le 09 octobre 2016
Pour la CMA:
Ilad AG MOHAMED

La Coordination des Mouvements de l'Azawad [CMA) soucieuse de préserver la paix etla stabilité du Mali en général et de l'Azawad en particulier et conformément à sesengagements pris dans l'accord, attire l'attention de son excellence Monsieur leSecrétaire Général des Nations Unies sur les risques graves que le comportementinvariablement agressif et tendancieux de la partie gouvernementale à travers ses
milices ethniques fait peser sur la mise en æuvre de l'accord et la restauration de la paix.
Les autorités intérimaires et les patrouilles mixtes constituent des mesures essentiellesde la première phase de mise en æuvre de l'Accord pour la paix. Elles accusentaujourd'hui plus d'un an de retard par rapport au chronogramme initial, malgré leurinscription prioritaire à l'ordre du jour du Comité de Suivi de l'Accord [CSA) depuis huitmois.
La partie gouvernementale s'est en effet rendue seule responsable de tous les blocagesdans la mise en ceuvre de cette mesure en tentant de passer en force, de manièreunilatérale, sur un projet de loi portant création des autorités intérimaires, violant encela la lettre et l'esprit de l'Accord, en particulier dans son Annexe 1 qui spécifie que celadoit se faire de manière consensuelle entre les parties.
Toutes les tentatives de passage en force n'ont abouti qu'au ralentissement de la mise en
place des autorités intérimaires malgré la signature de I'Entente le 19 juin 2016 dont lavocation principale est de permettre le retour de l'administration et des services sociauxde base auprès des populations longuement affectées par la crise.
Alors que des avancées significatives semblaient à portée de main, et que lessensibilisations autour des autorités intérimaires avaient démarré dans l'Azawad/Nordmali, la partie gouvernementale s'est à nouveau livrée à des manæuvres dilatoires enincitant ses milices à engager des combats pour occuper des nouvelles positions enviolations de tous les arrangements sécuritaires convenus précédemment.
Dans ce contexte, les patrouilles mixtes constituant une première étape visant à rétablirla confiance entre les parties et à réduire l'insécurité dans l'AzawadfNord Mali neconnaissent aucun démarrage à cause de la situation sécuritaire très tendue. Pourtant,ces patrouilles devront permettre de favoriser l'accès de l'aide humanitaire auxpopulations vulnérables, le retour des refugiés et déplacés ainsi que le retour del'administration. Elles permettront également la mise en æuvre des dispositions
politiques et institutionnelles prévues par l'Accord telles que l'installation des nouvellesrégions, la mise en place des autorités intérimaires et l'établissement des conditions
susceptibles d'aider à la tenue de scrutins électoraux crédibles et sécurisés au niveaulocal et régional.
Ces violations flagrantes de l'accord et leurs conséquences ont été régulièrementportées à la connaissance de la médiation et de la communauté internationale.
La CMA constate que l'élan d'engagement de la Communauté Internationale étaitbeaucoup plus marqué avant la signature de l'Accord que pendant sa mise en æuvre.
Aussi, la CMA regrette et dénonce le style ambigu des communiqués de la MINUSMA etsa réserve de citer les auteurs des violations malgré leur état de flagrance"

Face aux blocages dans la mise en œuvre de l’accord, la CMA partage l'évaluation sommaire ci-après dans un souci de contribuer à une plus grande clarification.

Plus de 15 mois après sa signature, l'Accord pour la Paix connaît un retard, des obstacles qui génèrent des frustrations, entament la confiance indispensable à la réussite du processus de paix. En effet, aucun des délais prévus par l'accord et les différents chronogrammes mis en place dans le cadre du CSA, n'ont été respectés.

L'absence d'une volonté politique de plus en plus évidente dans la mise en œuvre de l'Accord, le retard dans l'élaboration et l'application des textes législatifs, règlementaires, voire constitutionnels, le déficit de concertation et d'implication de toutes les parties dans la conception des actes majeurs de la mise en œuvre.

En plus de ces blocages institutionnels, avec le soutien de l’Etat malien depuis le 19 Aout 2016, la milice du GATIA dirigée par un Général de l’armée malienne conseiller au près du chef d’Etat-major général des armeesElhadj Ag Gamou et l’ambassadeur du Mali au Niger Alhamdou Ag Aleyine tous en activité procède à des actes de sabotage de mise en œuvre de l’Accord à travers des attaques meurtrières et des exactions répétées sur les populations civiles.

Etat des Lieux de la mise en œuvre de l’accord

1. Questions politiques et institutionnelles

Le constat général est que la non application des dispositions pertinentes de l'accord sur cette question compromet la paix, la sécurité, la réconciliation et le développement.

a- Points de non-exécution
• La mise en place des autorités intérimaires traîne à voir le jour à cause les différents actes de sabotage posés par l’Etat.
• Le débat sur une « meilleure représentation des populations du nord du Mali/Azawad dans les institutions et grands services publics, corps et administration? de» l'Etat » n'est pas encore ouvert
• L'ouverture du Haut Conseil des Collectivités Territoriales reste attendue ;
• Les questions de représentation des populations du Nord à l'Assemblée Nationale par l'augmentation du nombre de circonscriptions électorales et/toutes autres mesures appropriées, n'ont pas été prises en charge.

b-Points d’avancement :
• Création des régions de Ménaka et Taoudéni ainsi que les cercles d’Almoustarate et d’Achibagho,
• La mise en place d’une commission exclusivement gouvernementale de relecture de la constitution.

2. Questions de défense et de sécurité.

Points d'avancement

• La CTS et les EMOV sont mises en place ;
• Le MOC est mis en place ;
• Les décrets relatifs à la Commission Nationale DDR et à la Commission Nationale d'intégration ont été adoptés ;
• La CMA et la Plateforme ont remis chacune à la CTS la liste de leurs douze sites prioritaires. Sur les 24 sites retenus de commun accord, 17 ont été visités et validés par l'équipe de reconnaissance de sites de la CTS.
• Un projet de décret vient d'être communiqué aux Mouvements, il reste à ouvrir les débats sur cette question.

Points de non-exécution

• Le MOC : Bien que l'Etat-Major ait été mis en place, ce mécanismesur lequel repose la responsabilité de la sécurisation des opérations de cantonnement, n'est pas fonctionnel : le statut des combattants devant servir dans le MOC n'est pas défini et lesmoyens logistiques ne sont pas encore à disposition ;
• La Commission Nationale d'intégration et laCommission Nationale de DDR ne peuvent être opérationnelles tant que le Conseil National de la Réforme du Secteur de la Sécurité, n'est pas fonctionnel.
• Les engagements pris par le Gouvernement dans le cadre du pré-cantonnement, pour la prise en charge des combattants, n'ont connu aucun début d'exécution ;
• La question de la libre circulation des personnes et des biens reste posée dans l'ensemble des Régions du Nord et se dégrade de jour en jour

3. Développement économique, social et culturel

Points d'avancement :

• Une mission d'évaluation des besoins a été effectuée par la Mission d'identification et d'Evaluation Conjointe (MlEC) ;
• Une note d'amendement» du rapport de la MlEC a étéremise par la CMA et la Plateforme ;
• Un Plan de réouverture des écoles a été élaboré ;
• Une conférence a été tenue à Paris sur le financement du développement du Nord Mali/Azawad, anticipant la phase cruciale d'élaboration de la stratégie de développement des régions du Nord.

Points de non-exécution :
• Les services sociaux de base, notamment les écoles, ne sont toujours pas fonctionnels dans ta plus grande partie du Nord du Mali/Azawad ;
• certains partenaires techniques et financiers n'ont pas encore confirmé leurs engagements financiers de la Conférence de Paris ;
• La nécessité d organiser d'autres conférences d'appel de fonds est d'actualité ;
• La réflexion sur les modalités de gestion transparente des fonds annoncés, n'a pas été engagée ;
• Le plan d'urgence humanitaire n'a pas été mis en œuvre à ce jour ;
• Les Mouvements n'ont pas été associés aux réunions techniques sur la réhabilitation des Zones Post-conflit (CRZPC) ;
• Le débat sur la stratégie spécifique de développement des régions du nord, notamment la création et la mise en place du Fonds de Développement durable n'est pas engagé ;
• La CMA et la Plateforme constatent que le Gouvernement, procède à la désignation des Directeurs Régionaux de Agences de développement dans les Régions du Nord, contrairement aux dispositions de l'article 40 de l'accord.

4. Réconciliation, justice et questions humanitaires 
Points d'avancement :
• Mise en place de la Commission Vérité Justice et Réconciliation(CVJR)
• Tenue de la rencontre de réconciliation entre la CMA et la Plateforme à Anefif, suivie de plusieurs autres rencontres intercommunautaires dans le Nord du Mali/Azawad

Lenteurs :

• La libération des personnes détenues du fait du conflit n'est pas encore effective et les cas de disparition et de dissimulation de personnes restent posés ;
• La commission d'enquête internationale indépendante, telle que prévue dans l'accord n'est pas encore mise en place ;
• Il y'a pas de perspectives claires pour le retour organisé des réfugiés ainsi que pour la viabilisation des sites d'accueil.

Conclusion :

Au regard des constatations énumérées ci-dessus,la CMA rappelle qu'elle n’a ménagé aucun effort pour participer et contribuer positivement à l'application de l'accord en respect de leurs engagements.

Elles restent convaincues que seule une mise en œuvre globale et diligente de l'Accord, dontles aspects politiques et institutionnels constituent le socle,sauvera le processus. Il convientde préciser que la mise en place des autorités intérimaires relève de l'urgence, notamment,pour aider les populations locales à avoir davantage confiance dans le processus et se sentir impliquées, mais aussi amorcer le retour organisé et sécurisé des populations réfugiées.

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD

Kidal, le 19 Septembre 2016


Des représentants de la CMA au sein de la Commission Technique de Sécurité.


OBJET : A/S : Exactions et enlèvements de civils commis par La Plateforme dans la Région de Kidal courant la période du 06 au 19 septembre 2016.

DESTINATAIRES : - Le Président de la Commission Technique de Sécurité.
-Le Comité de Suivi de l’Accord.
-Le Sous Comité Défense et Sécurité.
-La Division Droits de l’Homme de la MINUSMA
-.La Section des Investigations DH MINUSMA,
-La CMA,
-Bureau MNUSMA Kidal,
-La Force Barkhane

Depuis le début du mois de septembre les actes de violence commis par des miliciens de la Plateforme contre les populations prennent de plus en plus de l’ampleur dans la Région de Kidal.

Une colonne de miliciens de la Plateforme conduite par Ahmedou Ag Isriw a contraint aux déplacements toutes les populations qui ne sont pas d’obédience Plateforme, notamment dans les zones de: Tassikt, Amassin, Infalefalé, Kayonne, Intebzaz et dans plusieurs Oueds au sud de Kidal.

-Dans la nuit du 08 au 09 septembre 2016, incursion dans le campement de Monsieur Eghlass Ag AFONI, ancien Gouverneur de Kidal à Kayonne au Sud /Est de Kidal, des civils ont été molestés et leurs biens extorqués.

- le 09 septembre 2016 à Amassin les miliciens ont frappé beaucoup des personnes à coup de crosse et de bâtons, dont l'infirmier Itan Ag Kani, son téléphone Thuraya lui a été extorqué et sa moto brûlée par Wadossane Ag ISSAMAGHANE. Par peur de représailles, il a été contraint de quitter son poste pour Kidal et laisser la population sans aucun agent de santé. Aussi, quatre (04) autres motos appartenant à des commerçants ont été brulées toujours à Amassine.

- Les personnes motorisées sont quasiment interdites dans les zones où évolue la milice de la Plateforme. Les jeunes sont contraints de quitter les campements quand ils ne sont pas tués ou enlevés.
-Pillage de commerce à Intibzaz à deux reprises dans la période du 09 au 11 septembre 2016.
- Le 12 septembre 2016 après avoir troublé la prière de Tabaski à Kayonne, les miliciens de la Plateforme ont tabassé des nomades trouvé sur la mare et chassé leurs animaux qu'ils y abreuvaient. C’est ainsi que les sieurs Rhissa Ag BABA, Baye Ag ABASSIL, Sika Ag ABASSIL et Fanou Ag MOHAMED Ag AGALY ont été enlevés dans leurs campements et exécutés le même jour de la fête de Tabaski par une colonne de la plateforme conduite par Ahmedou Ag Isriw.

- Le 16 septembre 2016, trois (03) colonnes de la Plateforme conduites respectivement par Ahmedou Ag Asriw, Issouf ag BOUGARA, Assaleck dit Labrayda, Alhader Ag Mohamed et Ahmed Ag Acheick dit Intakardé ont attaqué un poste de la CMA à Intachdayte localité située à 80 km au nord /Ouest de Kidal. Ensuite elles ont commis des exécutions sommaires et mutilations physiques dans les campements à Intachdayt et alentours dont été victimes les nommés :
- Mohamed Ag BOUSSANSI, Akily Ag BISSADA, Assoultane Ag IMIK, Rhissa Ag OUSMANE, Hama Ag GHABDI et Mossa Ag HAMADINE.
- Coups et Blessures Volontaires et mutilations exercées sur les populations civiles des campements environnants à Intachdayte.
- La destruction des biens de la population, des commerces, des cantines de femmes comprenant des bijoux et objets de parures, un (01) camion , cinq (05) véhicules dont un (01) détruit, Sept (07) motos et un (01) groupe électrogène,

- Le 18 septembre 2016 à Ikadawatane localité située à 60 km à l’Ouest de Tessalit
- Coups et Blessures volontaires administrés à des femmes dont Bassa walet Albakaye,
-Bilan Matériel : Un (01) véhicule brulé et un (01) enlevé ; 
Le 19 septembre 2016 à Inhalil
-Bilan humains : Coups et Blessures et tortures sur plusieurs personnes qui ont été relâchées par la suite à Inhalil et Inafarak,
-Dégâts matériels : destruction par le feu de commerce dans deux (02) garages appartenant à Imoghily Al Idrissi et Oubeïdi Elghanami,
-Pillage de plusieurs boutiques et domiciles.

Le 19 septembre 2016 à Aborgheche 
-Bilan humain : Enlèvement de Indewa Ag EFAJERE relâché ensuite à Inafarak.
-bilan matériel : Un (01) véhicule enlevé,
Le 19 septembre 2016 à Agharghar (Oued sise à 45 km au sud de Tessalit) :
-Bilan humain : Deux (02) personnes enlevées, il s’agit de :
Agaly Ag Acheick et Ibrahim Ag Mahmoud, 
-Bilan matériel : Une (01) moto détruite par le feu.
A cela il faut ajouter l’embargo humanitaire imposé par la Plateforme sur Kidal notamment à partir d’Anefis et Takalot.

Ces agissements vandales ne respectent pas les engagements d'apaisement pris par la Plateforme et la CMA devant la médiation internationale courant septembre 2016 à Bamako. Cela est aussi contraire au sens de l'humanisme dont a toujours fait preuve la CMA comme l’illustre la libération il y a quelques jours de prisonniers de la Plateforme (GATIA).

Ces actes barbares, terroristes, d'extrêmes violences, dégradant et inhumain, de disparition et exécution extrajudiciaire sont inacceptables même au moyen âge et méritent une attention particulière des êtres épris de justice et une répression exemplaire. Il faut mettre fin immédiatement à ce comportement vindicatif et racial.

Une fois de plus la CMA déplore que la communauté internationale, telle que la MINUSMA soit restée passive et indifférente face à toutes ces violations. Où est la mission de protection des populations civiles et leurs biens assignée à la MINUSMA pourtant régulièrement informée ?

Pourquoi n’a-t-on jamais mobilisé l’EMOV et le Bureau DH de Kidal, pourtant régulièrement informés mais qui n’ont procédé à aucune vérification ?
POUR LA CMA


COLONEL LECHE AG DIDI

أعجبنيعرض مزيد من التفاعلات
تعليق
  • COMMUNIQUE N° 016 /CMA/2016.

    السبت، 12 تشرين2/نوفمبر 2016 09:37
  • COMMUNIQUE N°14/CMA/2016.

    COMMUNIQUE N°14/CMA/2016.

    الإثنين، 10 تشرين1/أكتوير 2016 05:57
  • DECLARATION A L,OCCASION DE LA TENUE DE LA 71 eme ASSEMBIEE GENERALEDES NATIONS UNIES.

    السبت، 24 أيلول/سبتمبر 2016 03:51
  • EVALUATION DE L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU MALI ISSU DU PROCESSUS D’ALGER

    السبت، 24 أيلول/سبتمبر 2016 03:26
  • Exactions et enlèvements de civils commis par La Plateforme dans la Région de Kidal

    الأربعاء، 21 أيلول/سبتمبر 2016 11:27

الأخبار

COMMUNIQUE N° 016 /CMA/2016.

12 تشرين2/نوفمبر 2016

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA). COMMUNIQUE N° 016 /CMA/2016. La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) constate avec beaucoup d'inquiétude l'insistance du gouvernement du mali à organiser les elections communales à la date du 20 novembre 2016. La Coordination des Mouvements de l'Azawad rappelle...

COMMUNIQUE N°14/CMA/2016.

COMMUNIQUE N°14/CMA/2016.

10 تشرين1/أكتوير 2016

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA)COMMUNIQUE N°14/CMA/2016. La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) a le regret de porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, le décès le 08 octobre 2016 à Kidal de Monsieur Acheick AG AWISSA, membre de l’Etat-major général...

DECLARATION A L,OCCASION DE LA TENUE DE LA 71 eme ASSEMBIEE GENERALEDES NATIONS UNIES.

24 أيلول/سبتمبر 2016

La Coordination des Mouvements de l'Azawad [CMA) soucieuse de préserver la paix etla stabilité du Mali en général et de l'Azawad en particulier et conformément à sesengagements pris dans l'accord, attire l'attention de son excellence Monsieur leSecrétaire Général des Nations Unies sur les risques graves...

EVALUATION DE L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU MALI ISSU DU PROCESSUS D’ALGER

24 أيلول/سبتمبر 2016

Face aux blocages dans la mise en œuvre de l’accord, la CMA partage l'évaluation sommaire ci-après dans un souci de contribuer à une plus grande clarification. Plus de 15 mois après sa signature, l'Accord pour la Paix connaît un retard, des obstacles qui génèrent des...

Exactions et enlèvements de civils commis par La Plateforme dans la Région de Kidal

21 أيلول/سبتمبر 2016

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD Kidal, le 19 Septembre 2016 ​ Des représentants de la CMA au sein de la Commission Technique de Sécurité. OBJET : A/S : Exactions et enlèvements de civils commis par La Plateforme dans la Région de Kidal courant la période...

الجيش المالي يركتب مجزرة في مدينة "تناهما"... والمنسقية تطالب البعثة الدولية بتوضيحات

الجيش المالي يركتب مجزرة في مدينة "تناهما"... والمنسقية تطالب البعثة الدولية بتوضيحات

22 أيار 2015

منسقية الحركات الأزوادية بيان رقم 17 -05/ CMA/2015 تعلن منسقية الحركات الأزوادية أنه في صباح يوم الخميس 21 مايو 2015 أقدم الجيش المالي على قتل جماعي وعلني لتسعة (9) مدنيين عزل في مدينة "تناهما".  وكانت مليشيات ما يسمى بـ "مجموعة الدفاع الذاتي لإمغاد وحلفائهم" العرقية...